Festival de films européens de Paris
Du 17 au 30 novembre Paris 2021
Festival de films européens de Paris
Du 17 au 30 novembre Paris 2021

La Femme insecte / にっぽん昆虫記

de Shöhei Imamura

(Fiction, Japon, 1963, 123’, C, VOSTF) avec Emiko Aizawa, Setsuko Amamiya, Tomio Aoki

La Femme insecte

L’histoire d’une femme, Tome, née à la campagne dans la pauvreté la plus totale, qui essaie d’échapper à sa condition, racontée sur le fond de décennies de bouleversements sociaux qui secouent le Japon au XXe siècle. Décidée à changer sa condition, Tome part pour la ville et tente de survivre malgré les tentatives d’abus et de servitude de divers hommes.


« Shöhei Imamura associe (…) selon les expressions consacrées, la petite histoire et la Grande Histoire, et montre leurs interactions. Il évoque l’influence sur Tome d’événements qui la dépassent. Il décrit comment elle sert à sa manière et à son niveau sa Patrie. Mais il montre également une femme traversant les tempêtes sans forcément toujours s’intéresser à ce qui l’entoure, sans s’impliquer au-delà de ce qui la concerne directement et personnellement. (…) c’est, en fait, aussi, le portrait du Japon que le cinéaste réalise à travers celui qu’il fait de Tome – et pas seulement le portrait de Tome, habitante du Japon. » Enrique Seknadje, critique et artiste français.

Shöhei Imamura
Shöhei Imamura

Le réalisateur japonais Shöhei Imamura (1926-2006) est issu d’un milieu bourgeois, mais une fois la Seconde Guerre Mondiale terminée, par révolte et goût du théâtre, il va passer tout son temps en compagnie de prostituées et de malfrats, qu’on retrouvera souvent dans son cinéma. Les traditions villageoises, les réflexions sur la société japonaise et la condition de la femme dans cette dernière sont les thèmes les plus récurrents dans sa filmographie. Découvert en France au début des années 60 avec La Femme insecte, il est l’une des figures majeures de la Nouvelle Vague Japonaise et l’un des rares metteurs en scène à avoir remporté deux fois la Palme d’Or au Festival de Cannes, avec La Ballade de Narayama en 1983 et L’Anguille en 1997. Il est auteur de nombreux films parmi lesquels on peut citer Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar (1970), Pluie noire (1989) et De l’eau tiède sous un pont rouge (2001), ainsi que de documentaires, dont En suivant ces soldats qui ne sont pas revenus (1971).

Autres films : Open World