Festival de films européens de Paris
Du 17 au 30 novembre Paris 2021
Festival de films européens de Paris
Du 17 au 30 novembre Paris 2021

L’Acrobate

de Jean-Daniel Pollet

(Fiction, France, 1976, France, 101’, C, VOF) avec Claude Melki, Laurence Bru, Guy Marchand

L’Acrobate

Léon est un garçon de bains timide, effacé et solitaire. Martyrisé par sa patronne, malmené par ses collègues et méprisé par les filles de son quartier, Léon n’a pas tellement de chance et essuie les échecs. Son rêve est de devenir l’unique client de Fumée, prostituée dont il est amoureux. Découvrant un jour le monde du tango, Léon est ébloui et décide alors de s’inscrire à un cours pour tenter de la séduire et gagner les plus hautes compétitions en la matière.


L’Acrobate est un film unique : c’est à la fois une comédie musicale, un film comique,une histoire d’amour et un documentaire sur le tango. C’est un film improvisé, basé sur un reportage que Pollet avait tourné des années auparavant pour l’INA (Chez
Georges et Rosy), mais c’est aussi un film très écrit, dans lequel on sent que Pollet a essayé d’harmoniser le jeu naturel de Claude Melki avec une évolution dramatique d’ordre philosophique. Comme toujours, Pollet tire le réalisme vers la stylisation, et conçoit une oeuvre pleine de ruptures de ton, où la mélancolie n’est jamais trop éloignée du comique et du tragique. La virtuosité habituelle des mouvements de sa caméra a ici un but précis : métamorphoser la vie réelle en rêve, donner des ailes à la lourdeur du quotidien et du travail et s’envoler vers un univers de grâce et de nostalgie. L’Acrobate est, en somme, une fable moderne, avec un équilibre miraculeux entre la citation du burlesque de Keaton, le cinéma du réalisme français et le documentaire lyrique si cher à Pollet. Une fois de plus, le cinéma de Pollet est une grande cérémonie pensée à travers des géométries visuelles rigoureuses (comme le tango, d’ailleurs) et un émouvant rituel d’exorcisation de la solitude humaine – comme c’était le cas dans ses précédents films de fiction ou essais filmiques : L’amour c’est gai, l’amour c’est triste, L’Ordre, Le Horla et Tu imagines Robinson. Federico Rossin

Jean-Daniel Pollet
Jean-Daniel Pollet

Réalisateur, scénariste, directeur de la photographie, Jean-Daniel Pollet est un cinéaste français né en 1936 et mort en 2004. Maître incontesté du cinéma français, il faisait partie des figures de la Nouvelle Vague. Sa carrière commence en 1958 par un court-métrage de fiction – pour lequel il obtient le Lion d’Or au festival de Venise – Pourvu qu’on ait l’ivresse, avec Claude Melki dans le rôle de Léon, un personnage timide et burlesque qu’il reprendra sur cinq autres films. Son oeuvre, originale et complexe, s’inspire à la fois de Renoir, mais aussi de Tati, ou bien Chaplin. Elle contient une trentaine de longs-métrages, documentaires, essais et films pour la télévision. Le cinéma de Pollet semble traverser deux courants : un, plutôt réaliste, burlesque, aux aspects de comédies populaires, avec les cinq films sur Léon, incarné par Claude Melki, l’autre – plus poétique, mélancolique, avec des films comme Méditerranée (1963), film-essai dont l’esthétique inaugure la modernité de l’art du cinéma.

Autres films : Hommage aux maîtres