Festival de films européens de Paris
Du 17 au 31 mars 2022
Festival de films européens de Paris
Du 17 au 31 mars 2022

Les invités du festival

Aleksandr Balagura

Aleksandr Balagura

Aleksandr Balagura est né en 1960 à Luboml (URSS, actuellement en Ukraine). Il est diplômé de la faculté d’histoire de l’université d’État de Kiev. De 1989 à 1998, il travaille en tant que réalisateur au Studio de Films Documentaires Ukrainiens. Sa première œuvre indépendante, To Our Brothers and Sisters, reçoit le prix du meilleur documentaire au Festival dei Popoli de Florence en 1990. En 1991, il revient à Florence pour présenter son court-métrage Widow-Street (hors compétition). Il a réalisé plus de 20 documentaires dont Antologion (1996), Wings of a Butterfly (2008), sélectionné au Cinéma du réel et Torino IFF, Life Span of an Object in Frame (2012) – Mention spéciale du jury au FID Marseille. Son film Story for an Empty Theatre (2016) réalisé avec Cesare Bedogné a été sélectionné dans plus de 30 festivals internationaux et a reçu de nombreux prix, dont le Prix du meilleur film expérimental et le meilleur documentaire. Depuis 1998, il vit et travaille à Gênes en Italie.

Antologion / Антологион

Antologion / Антологион

(Expérimental, Ukraine, 1996, 77’, NB, VO)

Ardit Sadiku

Ardit Sadiku

Ardit Sadiku est un cinéaste albanais. Il commence à réaliser ses premiers court-métrages lorsqu’il est adolescent. Son travail reflète des questions et des tensions sociales en Albanie comme par exemple l’attitude envers les maladies mentales ou encore le rôle des médias de masse. Avant Freestyle to Montenegro, il a réalisé Life between the Water (2017), The Forgotten Mountain (2018) et Encounter in the Air (2019) qui ont été présentés dans différents festivals en Europe et aux Etats-Unis.

Freestyle to Montenegro

Freestyle to Montenegro

(Documentaire, Albanie, 2021, 72’, C, VOSTF)

Ariel de Bigault

Ariel de Bigault

Au Portugal, au Brésil, en Afrique, Ariel de Bigault, auteure et réalisatrice française, explore depuis des années les cultures lusophones. Son parcours cinématographique a commencé à Lisbonne par des documentaires. Puis ce fut la rencontre avec le Brésil et la série Éclats Noirs du Samba (1987), avec les grands artistes Gilberto Gil, Grande Othelo, Martinho da Vila, Paulo Moura, Zézé Motta, célébrant la création afro-brésilienne. Elle a contribué à la diffusion des musiques urbaines africaines : Anthologie des Musiques du Cap Vert 1959-1992 (1995), Musiques Urbaines d’Angola 1956-1998 (1999) et de nombreux disques. Le film Canta Angola (2000) montre la résistance des artistes de la musique populaire dans une Angola ravagée par la guerre. Afro Lisboa (1996) révèle les visages et les voix de diverses générations de l’immigration africaine à Lisbonne. Margem Atlântica (2006) nous fait découvrir des auteurs, des acteurs, des musiciens d’origines africaines  – Mariza, José Eduardo Agualusa, Kalaf Ângelo, Ângelo Torres – dont les créations conquièrent un espace et un public. Fantômes d’un Empire, sur l’imaginaire colonial dans le cinéma portugais, est une nouvelle étape dans ce parcours afro-lusophone.

Fantômes d’un Empire / Fantasmas do Império

Fantômes d’un Empire / Fantasmas do Império

(Documentaire, Portugal/France, 2020, 112', C/NB, VOSTF)avec João Botelho, Margarida Cardoso, Ivo M. Ferreira, Fernando Matos Silva, Hugo Vieira da Silva

Arne Körner

Arne Körner

Né en Hambourg en 1986, Arné Körner poursuit ses études à l’Université des Beaux-Arts de Hambourg ainsi qu’à l’École Nationale Supérieure de Beaux-Arts à Paris et à la Rogue Film School de Werner Herzog. Ses courts-métrages ont été présentés dans plus de 100 festivals nationaux et internationaux et on remporté de nombreux prix. The Bicycle (2015), son premier long-métrage, a reçu le Prix du Jury au Festival de Films de Montréal. Gasman (2019) a été présenté en première au 41e Festival International de film du Caire, suivi de sortie nationale en Allemagne en 2021.

Le Marché d’Aligre

Le Marché d’Aligre

(Documentaire, Allemagne, 2021, 8’20’’, C, VO)

Christian Serritiello

Christian Serritiello

Christian Serritiello est né à Canterbury, en Angleterre. Il est diplômé de la Central School of Speech and Drama à Londres et travaille en tant qu’acteur dans des productions théâtrales et cinématographiques. En 2009 il fonde sa propre société de production avec l’artiste Arthur Patching. Ils ont produit de nombreux court-métrages sélectionnés dans plusieurs festivals internationaux et leur premier long-métrage Gelateria a reçu le Grand Prix du Kinolikbez Film Festival à St. Petersburg.

An Approximation of Their Barbarous Manners

An Approximation of Their Barbarous Manners

(Expérimental, Allemagne, 2020, 20’, NB, VOSTF)avec Bruce Glover, Scott Coffey, Dulcie Smart, Bruce A. Wooley

Eva Stefani

Eva Stefani

Eva Stefani est vidéaste et réalisatrice grecque. Elle a étudié les Sciences politiques à Athènes, puis le cinéma documentaire aux Ateliers Varan (Paris), à la Tisch School of the Arts (MA, New York University), à la National Film and Television School (Londres). Elle obtient un doctorat en Cinéma ethnographique à l’Université Panteion d’Athènes. Elle est auteur d’un nombre considérable de court-métrages documentaires et expérimentaux dont certains ont été primés au Cinéma du Réel, Festival de Thessalonique, SEE Docs Dubrovnik. Elle enseigne Théorie et histoire du cinéma à l’université d’Athènes et est professeur invité à l’université Freie Universität de Berlin. Days and Nights of Demetra K. est son premier film de long métrage.

Florent Marcie

Florent Marcie

Florent Marcie est cinéaste, journaliste et reporter français. Depuis une trentaine d’années, il parcourt les terrains où s’écrit l’histoire. Il tourne, monte et finance lui-même ses films, dans une économie de moyens et une précarité qui le rapprochent des hommes et des femmes qu’il côtoie. Son premier documentaire, La tribu du tunnel réalisé en 1995, est sélectionné au festival Les États Généraux du film documentaire à Lussas. Suivent Sous les arbres d’Ajiep (Soudan, 1998), Saïa (Afghanistan, 2000), Itchkéri Kenti (Tchétchénie, 2006), Commandant Khawani (2014), Tomorrow Tripoli (2015). Ce sont des films à la lisière entre cinéma et reportage, présentés en décalage de l’actualité. Une forme de troisième voie qu’il revendique. En 2015, une rétrospective de 4 de ses documentaires est organisée par la Cinémathèque française. Le Festival de films d’avant-garde d’Athènes lui consacre une rétrospective en 2019.

A.I. at War

A.I. at War

(Documentaire, France, 2021, 106’, C, VOSTF)

Igor et Ivan Buharov

Igor et Ivan Buharov

Kornél Szilágyi et Nándor Hevesi travaillent ensemble depuis 1995, sous les pseudonymes de Igor et Ivan Buharov, en réalisant des films indépendants. Ils sont également investis dans la création de plusieurs projets et films musicaux. Leurs œuvres se situent toujours à la limite entre les beaux-arts et l’art cinématographique, à la frontière entre le rêve et la réalité. Les Buharov filment principalement en format Super 8 et combinent des éléments de tournage expérimentaux et de narration classique. Ils sont auteurs de The Programme (1998), The Triumph of Sympathy (2000), Slow Mirror (2007), Rudderless (2011), Meteorit Buddha (2013), Most of the Souls that Live Here (2016).

Land of Warm Waters / Melegvizek orszàga

Land of Warm Waters / Melegvizek orszàga

(Fiction, Hongrie/Slovaquie/Allemagne/Norvège, 2021, 82’, C, VOSTF)avec Szabo Domokos, Török-Illyés Orsolya, Hajdu Szabolcs, Péva Ibolya, Bagdiné Kovács Mári, Nyitrai Illés

Inês T Alves

Inês T Alves

Inês T Alves est une cinéaste portugaise. Elle a étudié Cultural Narratives dans différentes universités d’Europe. Une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian lui permet de se former en cinéma documentaire à l’université des Arts de Londres. En dehors de sa carrière de cinéaste, elle anime des ateliers de cinéma dans différentes associations. Elle participe à la création du projet collaboratif Movimento au Portugal. Ses précédents court-métrages ont été projetés dans différents festivals au Portugal et à l’étranger. Son court documentaire Around Corners a reçu le prix du New Cinema au festival de Porto/Post/Doc. Waters of Pastaza est son premier documentaire de long métrage. Son documentaire Waters of Pastaza vient d’être présenté au Festival de Berlin 2022 (Programme Generation Kplus).

Waters of Pastaza / Juunt Pastaza Entsari

Waters of Pastaza / Juunt Pastaza Entsari

(Documentaire, Portugal, 2022, 72’, C, VOSTF)

Ivo Ferreira

Ivo Ferreira

Ivo Ferreira est né en 1975 à Lisbonne de parents comédiens. À 18 ans, ayant à peine commencé des études de cinéma, il part à Macao, alors à la veille d’être intégrée à la République populaire de Chine. Il y réside pendant près de vingt ans et y réalise plusieurs courts et moyens métrages. De la ville sino-portugaise, la perspective est différente sur l’histoire de l’empire lusitanien. Il tourne son premier long métrage de fiction Em Volta (2001) en Afrique et en Orient puis des documentaires en Angola et à São Tomé. Hôtel Império (2019), son dernier long-métrage, est une sorte d’adieu à Macao…“Mais j’y reviens toujours”. L’histoire contemporaine inspire plusieurs de ses réalisations. Aguas Mil (2009) évoque les désillusions de la gauche dans les années qui sont suivi la “Révolution des Œillets”, sujet qu’il va à nouveau aborder en 2022 avec un film sur le groupe terroriste FP 25. Lettres de la Guerre, en compétition à la Berlinale 2016, l’a fait connaître du grand public et a remporté 9 Prix Sophia, équivalents portugais des Césars. Ses qualités de metteur-en-scène et directeur d’acteurs excellent aussi dans Sul (2019), série lisboète, assez noire, qui a rencontré un grand succès.

Lettres de la guerre / Cartas da Guerra

Lettres de la guerre / Cartas da Guerra

(Fiction, Portugal, 2016, 105', C, VOSTF)avec Miguel Nunes, Margarida Vila-Nova, Ricardo Pereira, João Pedro Vaz, Simão Cayatte, Orlando Sérgio

Jan Czarlewski

Jan Czarlewski

Jan Czarlewski (1988) est un réalisateur et scénariste franco-polonais travaillant entre Paris, Lausanne et Varsovie, diplômé de l’Ecal/école cantonale d’art de Lausanne en 2012. Il aime explorer ce qui est décalé, chercher l’ironie à la fois dans le documentaire et dans la fiction. Ses court-métrages, L’Ambassadeur & moi et L’Amour Bègue, ont été récompensés respectivement par un Léopard d’or et d’argent au festival de Locarno. Entre 2015 et 2016 il a réalisé un documentaire de 50 minutes, sur un aventurier polaire populaire en Pologne qui a traversé l’Europe à pied depuis la Russie jusqu’à Saint Jacques de Compostelle. De 2017 à 2019, il a travaillé pour la plus grande série documentaire d’archives historiques réalisée en Pologne après 1989 – Polskie 100 lat (Les 100 ans polonais), où il a été responsable du scénario, de la recherche d’archives et de la réalisation de 8 épisodes sur 42 de 30 minutes chacun.

Keren Moriano

Keren Moriano

Keren Moriano est actrice, réalisatrice et productrice française, diplômée de CNSAD et de l’école EICAR. Elle a travaillé avec notamment Marceline Loridan Ivens, Philippe Bérenger, Olivier Lorelle, Hervé Palud, Eric Guirado et Anne Villacèque. Son premier court-métrage Mémoires d’une jeune fille dérangée (2011) a gagné de nombreux prix, dont le Grand Prix au Festival de Nîmes. Au sein de sa propre maison de production Options Production, elle a produit Le Grand Orchestre (2017) avec Lolita Chammah et Yannick Choirat, Ictus Erotique (2015) avec Vanessa Guide et Benjamin Lavernhe. En 2019, elle réalise le court-métrage Sentiments distingués (2019) sur un scénario de Michaël Delmar, qui a participé à près d’une trentaine de festivals internationaux. Perdues d’amour est leur seconde collaboration.

Perdues d’amour

Perdues d’amour

(Documentaire, France, 2022, 60’, C/NB, VOF)
scénario de Michaël Delmar

Knut Erik Jensen

Knut Erik Jensen

Knut Erik Jensen (1940) est réalisateur, scénariste, producteur norvégien. Après avoir étudié le français, le russe et l’histoire, il entre à la London Film School, puis rejoint la Radio et Télévision Norvégienne (NRK). Avec sa propre société Nordkappfilm, il réalise les films en tout format et forme cinématographique. Knut Erik Jensen est auteur de la série documentaire Finnmark entre l’Est et l’Ouest (1983-86), Amanda du meilleur film norvégien, du long métrage documentaire Cool and Crazy (2001) et de nombreux courts métrages. Il a également réalisé quatre longs métrages de fiction : Stella Polaris (1993), Burnt by Frost (1997), Passing Darkness (2000) et Icekiss (2008). Il est un des fondateurs du festival de films de Nordkapp.

Morning / Morgen

Morning / Morgen

(Fiction, Norvège, 2018, 15’, NB&C, VOSTF)avec Lilly Jørstad, Per Kjerstad, Ellinor Haug Jensen, Kristian Johansen

Lionel Bernardin

Lionel Bernardin

Lionel Bernardin est né à Angoulême, en France, en 1981. Diplômé en image et communication, il exerce tout d’abord comme compositeur. Il participe à l’enregistrement d’un album de musique urbaine à New York en 2003, puis aux chantiers des Francofolies en 2005. Attiré par l’image et la fiction depuis toujours, il passe à la réalisation en 2009. Il écrit et réalise cinq court-métrages, dont il compose également les musiques originales.  Confessions Financières (2015) sera récompensé par Cédric Klapisch au Sundance Channel Shorts en 2015. Le film sera ensuite sélectionné dans plusieurs festivals dont le Festival du Film Francophone d’Angoulême, le festival international du film de Sacramento et le festival européen du court métrage de Bordeaux. À Terre Promise est son premier long-métrage de fiction.

À Terre Promise

À Terre Promise

(Fiction, France, 2021, 92’, C, VOF)avec Julien Barbier, Julien Kititi, Sébastien Corona, Stéphanie Schoonjas

Lorenz Merz

Lorenz Merz

Lorenz Merz est né en 1981 à Zurich. Après une formation en musique, en peinture et en photographie, il étudie le cinéma à l’Université des Arts de Zurich et à l’Universidad del Cine de Buenos Aires. Son court métrage de fin d’études One Day and Nothing sorti en 2008, a remporté plusieurs prix, dont le Léopard d’argent au 61e Locarno IFF et le Swiss Film Award 2009 du Meilleur réalisateur. Son road movie improvisé Cherry Pie (2013) avec Lolita Chammah, a remporté de nombreux prix internationaux, dont le Luna de Valencia Award 2014. En tant que directeur de la photographie, il a participé à plusieurs reprises à Camerimage. Il a également remporté deux fois le Swiss Film Award de la meilleure photographie pour Summer Games (2011) et pour War (2014). En 2013, il fonde la société de production zurichoise 8horses. Il est aussi membre de l’European Film Academy, de la Swiss Film Academy et de la Swiss Cinematographer’s Society. Il travaille actuellement sur le scénario de Who/Man.

Soul of a Beast

Soul of a Beast

(Fiction, Suisse, 2021, 110’, C, VOSTF)avec Ella Rumpf, Pablo Caprez, Luna Wedler, Lolita Chammah, Art Bllaca

Martin Ziegler

Martin Ziegler

Martin Ziegler, né en 1956 en Allemagne, est un auteur-réalisateur français. A 17 ans, il quitte l’Allemagne pour poursuivre en France des études croisées : beaux-arts, littérature, sciences humaines. Pendant 6 ans, il travaille sur une thèse avec Michel Foucault sur la notion de bios, la biographie dans l’Antiquité et l’hagiographie du Moyen Age. Par la suite, il publie plusieurs recueils de poésie. Tout en poursuivant son travail d’auteur, Martin Ziegler réalise des longs-métrages : The Seven Sisters (2013), With Out (2014), VWaR (2015), Patmos (2016), Joyce (2016) alternant dès lors montage et tournage sur de longues périodes, voire sur plusieurs années, ce qui lui permet d’élaborer, avec ses avancées et ses reprises, rendues possibles par une organisation très précise et des équipes légères, un mode d’écriture cinématographique des plus proches de celui de l’écriture des textes. Adieu Vénus est son sixième long-métrage.

Adieu Venus

Adieu Venus

(Fiction, France, 2021, 90’, C, VOF)avec Mathilde Mosnier, Julien Cosquéric, Catherine Badet-Corniou

Michał Krzywicki

Michał Krzywicki

Michał Krzywicki est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur polonais, né en 1989 à Chełm. Il a commencé sa formation artistique en 2011 à l’aide d’une bourse d’acteur à l’école de cinéma de Varsovie. Il est diplômé en histoire à l’ Université de Gdańsk. Il s’installe ensuite à Londres où il écrit le scénario de son premier long métrage, Diversion End. Le film a été produit en 2016 en coproduction avec Rockzeline (France) et Unboiled (Etats-Unis), et a remporté plusieurs prix, dont le Young Jury Award au Koszalin Debut Film Festival Young and Film.

The Day I Found a Girl in the Trash / Dzień, w którym znalazłem w śmieciach dziewczynę

The Day I Found a Girl in the Trash / Dzień, w którym znalazłem w śmieciach dziewczynę

(Fiction, Pologne, 2021, 98’, C, VOSTF)avec Michał Krzywicki, Dagmara Brodziak, Marek Kalita

Mirko Stopar

Mirko Stopar

Mirko Stopar, cinéaste argentin, vit en Norvège depuis 2001. Il commence sa carrière en réalisant des clips vidéo et commerciaux. Son premier documentaire Nitrate Flames (2014) a été projeté dans 20 festivals ainsi que lors d’une rétrospective de Carl Theodor Dreyer à la Cinémathèque française. Deux autres documentaires, Mermaid on Board (2021) et A Devil with Harpoon (2021) complètent une trilogie de films réalisés entre la Norvège et l’Argentine. Son dernier film A Devil with Harpoon s’inspire de son livre Lars Faen, publié en 2019.

A Devil with Harpoon / En Djevel Med harpun

A Devil with Harpoon / En Djevel Med harpun

(Documentaire, Norvège, 2021, 78’, NB&C, VOSTF)

Noah Teichner

Noah Teichner

Noah Teichner est cinéaste, artiste et chercheur. Partant souvent de matériaux préexistants, ses films, installations et performances mobilisent divers supports, machines et techniques de reproduction à des fins tant historiographiques qu’humoristiques. Il est diplômé de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy et titulaire d’un doctorat en Études cinématographiques de l’Université Paris 8, où il enseigne depuis 2015. En tant que chercheur, il est intervenu dans le cadre de colloques et a publié des articles en lien avec des sujets tels que l’histoire du cinéma comique, l’archéologie des médias et l’histoire des techniques cinématographiques. Il est membre du laboratoire cinématographique partagée L’Abominable, où il a réalisé Navigators, son premier long-métrage.

Navigators

Navigators

(Documentaire, France, 2022, 85’, NB, VOSTF)

Olga Beregova

Olga Beregova

Olga Beregova est cinéaste, graphiste et designer d’intérieur. Avant 2019, elle a travaillé dans le marketing digital chez Google. Hurdle est son premier court-métrage d’animation. C’est un projet réalisé en collaboration avec le musicien Page Blank. 

Page Blank
Je suis Page Blank. Pourquoi ? Parce que, en partant d’une page blanche (blank page), on peut arriver à créer quelque chose de spécial. Je compose de la musique depuis 20 ans et cela me permet de me connecter à moi-même et au monde.

Hurdle

Hurdle

(Animation, Irlande, 2021, C, 9’, sans dialogues)

Otar Iosseliani

Otar Iosseliani

Né en 1934, à Tbilissi, Géorgie, Otar Iosseliani fait de brillantes études de musique avant d’entamer des études scientifiques à Moscou, qu’il abandonne pour intégrer l’institut national de la cinématographie de Moscou. Ses premiers courts métrages Aquarelle (1958) et Avril (1961) sont interdits de diffusion en URSS. Son premier long-métrage La chute des feuilles (1966) retrace la vie quotidienne d’une communauté paysanne dans un style très impressionniste. Son art de distance contemplative dans un style proche de celui de Jacques Tati, son maître revendiqué s’affirme avec Il était une fois un merle chanteur (1971) et Pastorale (1976). Son œuvre oscille entre la fiction et le documentaire. Son attirance vers le langage purement visuel le rapproche des auteurs de la Nouvelle vague française : François Truffaut, Claude Chabrol, Jean-Luc Godard. Malgré la renommée internationale de leur créateur, ces films seront interdits à l’exportation pendant de nombreuses années. Installé en France depuis 1982, Iosseliani réalise son premier film français Les favoris de la lune en 1984 qui obtient le Grand Prix spécial du Jury à la Mostra de Venise. Il signe ensuite Et la lumière fut (1989), La chasse aux papillons (1991), Brigands, chapitre VII (1995), Lundi matin (2001) – Prix du Meilleur Réalisateur au Festival de Berlin, Jardins en automne (2005). Hors de son pays, Otar Iosseliani parvient à garder la vision humaniste nuancée d’humour et d’ironie qui a fait le succès de ses films géorgiens. Son dernier film en date est Chantrapas (2009) est une ode à la liberté. Il suit l’histoire d’un jeune réalisateur (alter ego de l’auteur) qui ne fait aucun compromis avec la censure, qu’elle soit idéologique ou économique, au nom de la liberté de la pensée créatrice. Il a également réalisé plusieurs documentaires pour la télévision : Euskadi (1982), Un petit monastère en Toscane (1988) et Seule Géorgie, un triptyque documentaire de plus de quatre heures sur son pays d’origine. www.cineressources.net

Aquarelle / აკვარელი

Aquarelle / აკვარელი

(Fiction, URSS/Russie, 1958, 10’, NB, VOSTF)avec Guennadi Kracheninnikov, Sofiko Tchiaoureli

Stefan Arsenijević

Stefan Arsenijević

Stefan Arsenijevic est diplômé en réalisation de l’Académie d’Art dramatique de Belgrade, où il enseigne maintenant. Son court-métrage (A)torsion (2003) a remporté plus de 30 prix nationaux et internationaux, dont Golden Bear à la Berlinale, European Film Academy Award et la nomination aux Oscars. Il a réalisé l’une des six histoires pour le projet Lost and Found (2005) créé au Berlinale Forum. Son premier long-métrage Love and Other Crimes (2008) a été présenté en avant-première au Berlinale Panorama Special et a ensuite participé à de nombreux festivals internationaux de cinéma et remporté plusieurs prix. Avec Bojan Vuletic, il a coécrit le long-métrage Guide pratique pour Belgrade avec chant et pleurs (2011). Ils ont également collaboré sur le scénario du deuxième long-métrage de Stefan, As Far as I Can Walk (2021). Stefan est aussi responsable du programme de formation professionnelle de la Goethe-Institute pour les réalisateurs d’Europe du Sud-Est FIRST FILMS FIRST depuis 2015 et est Membre de l’Académie européenne du film.

As Far as I Can Walk / Strahinja Banović

As Far as I Can Walk / Strahinja Banović

(Fiction, Serbie/France/Luxembourg/Bulgarie/Lituanie, 2021, 92’, C, VOSTF)avec Ibrahim Koma, Nancy Mensah-Offei, Maxim Khalil

Vibeke Bryld

Vibeke Bryld

Vibeke Bryld est cinéaste danoise. Après une formation en littérature comparée et en philosophie, elle obtient maîtrise en cinéma documentaire au Goldsmiths College à Londres. Elle est auteure de documentaires Throwing paint tins off the roof (2007), nominé pour New Vision Award at CPH:DOX, et Bedtime Stories from the Axis of Evil (2011) sur la Corée du Nord, qui a été nominé pour le meilleur documentaire de la Danish Film Academy. Son autre court-métrage sur la Corée du Nord, Pebbles at Your Door, a été sélectionné dans la compétition de court-métrages de la Berlinale en 2015. Son documentaire Without My Dad (2018) a été montré à la Danish network TV2 et a participé au festival international du film documentaire de Copenhague. Vibeke Bryld a également été rédactrice en chef du magazine DOX.

Elsewhere / Thyland

Elsewhere / Thyland

(Documentaire, Danemark, 2022, 73’, C, VOSTF)

Vincent Duluc-David

Vincent Duluc-David

Diplômé de l’ESRA Paris en 2017, Vincent Duluc-David est réalisateur et monteur. Passionné par l’image depuis son plus jeune âge, il pratique la photographie et le dessin avant de passer à la réalisation. Il est auteur ou monteur de plusieurs projets de clips vidéo et de bandes annonce. En 2020, il réalise son premier court-métrage de fiction: Juvénile est sélectionné dans plusieurs festivals à travers le monde et reçoit le Prix Coup de Coeur à l’Urban Films Festival à Paris.

Juvénile

Juvénile

(Fiction, France, 2021, 16’, NB, VO)avec Coline Béal, Maxime Bergeron, Titouan Labbé

Vlastimir Sudar

Vlastimir Sudar

Vlastimir Sudar, né à Sarajevo, étudie le cinéma et la vidéo à Londres à la Central Saint Martins College of Art and Design. Son film de fin d’études, Out, est sélectionné au festival du Centre de Cultura Contemporania à Barcelone en 1997. En 2013, il écrit Portrait of the Artist as a Political Dissident sur Aleksandar Petrović. Son premier long métrage de fiction Borders, Raindrops (réalisé avec Nikola Mijović en 2018) est sélectionné dans 30 festivals et remporte 13 prix, dont le Prix Sauvage au festival l’Europe autour de l’Europe. Where Is My Love? est son dernier court-métrage en date, avec la participation de la soprano Dušica Bijelić.

Where Is My Love?

Where Is My Love?

(Fiction, Serbie/Royaume-Uni, 2020, 6’, C/NB, sans dialogues)avec Dušica Bijelić