l’europe autour de l’europe
Normandie 2007 festival de films
[./partenaires_et_amispag.html]
[./lieux_et_datespag.html]
[./autour_de_festivalpag.html]
[./info_pratiquespag.html]
Le propos de Festival
La deuxième édition du Festival "L'Europe autour de l'Europe" veut faire la preuve qu'il existe une cohérence culturelle d'un cinéma européen contemporain. Les racines en sont à chercher dans le cinéma allemand d'un Fritz Lang, "le film noir" et Melville, "les nouveaux cinémas" des cinématographies de l'Est et de l'Ouest, "la Nouvelle Vague". Notre sélection témoigne des jeux d'influences artistiques, des combinaisons de sources d'inspiration, d'allers et retours de l'Europe, vers l'Europe, autour de l'Europe. Le Festival est fait d'hommages. Aux pionniers, aux maîtres, à ceux qui arrivent. Nous commencerons avec le film du Russe, du poète, Alexandre Sokurov: Sauve et protège (Madame Bovary) parce que c'est un hommage à Gustave Flaubert en Normandie, qui est terre de cinéma. L'Hommage de l'année dernière au grand auteur, pionnier du film européen, le Serbe Alexandre Petrovic, continue avec les somptueux J'ai même rencontré les Tziganes heureux, Kermesses et Chemins. Emir Kusturica sera présenté avec ses deux chefs d'oeuvres Le temps des gitans, Underground et son premier film Guernica, un travail de la troisième année d'études, qui annonce le volcan Kusturica. Le festival rendra hommage au multiple talent du Slovène Karpo Acimovic Godina, à la fois comme réalisateur (Le radeau de la Méduse et Cadre pour quelquse poses) et comme directeur de la photographie du film Femme au paysage d'Ivica Matic, le premier et dernier film d'un auteur à la sensibilité particulière, très subtile, mort à l'âge de 28 ans. Pavillon VI, d'après la nouvelle de Tchekhov du Roumain Lucian Pintilié est une réflexion sur le pouvoir, la censure, l'auto-censure. Ce film fut, paradoxalement produit à Belgrade (un autre lieu du cinéma) en 1976, après que Pintilié soit interdit de travail en Roumanie. Au centre du débat le premier film américain "indépendant" de Fritz Lang, La rue rouge, un précurseur de "la Nouvelle Vague" , Jean-Pierre Melville (Le Samouraï) et les films des "Nouvelles Vagues" européennes des années soixante avec les Yougoslaves Petrovic, Pavlovic, Makavejev. Dans la tradition de ces films qui ne craignent pas le traitement de l'ambiguité, de la complexité de l'individu et de la société tout en gardant sur eux une position critique, on trouve également des oeuvres courageuses de documentaristes humanistes: Etroité est la porte de la jeune Estonnienne Kersti Uibo, Une vie de chien de Michko Netchak, Le conflit d'Aleksandar Ilic qui représente L'Ecole belgradoise du documentaire. Les films portrait ou chroniques: celui de Dragomir Zupanc sur Karpo Godina ou celui du tandem Nikodijevic Tucakovic (Interdit sans interdiction) sur la Vague noire yougoslave, sont des contributions importantes à l'histoire du Nouveau cinéma. Ne ratez pas le prophétique Au revoir à la prochaine guerre du poète vériste Pavlovic. Ou encore le beau, sincère et sombre film intimiste sur une autre géneration perdue, celle des années quatre-vingt dix Le lendemain matin d'Oleg Novkovic. Le très jeune Stevan Filipovic nous fait de l'Hollywood presque tout seul dans la comédie Le mercenaire de satan. Dans le récent Plein dans le mille de Srdan Golubovic un honnète homme se substitue à la loi pour exercer sa vengeance, comme dans le film noir et la tragedie grecque. Irena Bilic
[./contactspag.html]
[./programmepag.html]
[Web Creator] [LMSOFT]